Jour 9 : Ajaccio

Au réveil, le charme de la Cala d’Orzu reste inchangé et nous restons mouillés dans la crique jusqu’au déjeuner. Les enfants profitent d’autant plus de l’eau, de la plage et des sauts depuis les bateaux qu’il s’agit de leur dernière occasion du séjour des baigner en mer.

Vers 14 heures, nous attaquons l’ultime navigation de cette croisière, qui nous mène à Ajaccio, plus grande ville de Corse. À notre arrivée au port, nous sommes accueillis par des membres de la Ligue Contre Le Cancer qui nous ont préparé un sublime goûter (le prix du plus joli gâteau revient à un roulé au Nutella parsemé de confettis en sucre).

Mais rapidement nous découvrons une nouvelle passion aux enfants : la douche ! En même temps, ce soir c’est le grand soir, celui de la boum, et les enfants veulent se faire tout beaux. Alors que le soleil se couche, nous lançons la musique, et pour que chacun y trouve son compte, tous les styles sont représentés : on passe de Beyoncé à Kaaris, on danse sur la Macarena et René la Taupe. Le dernier jour de la croisière s’achève ainsi, mais les aventures continuent demain, sans voiliers et sans skippers… à suivreIMG_0538.jpgIMG_0584.jpgIMG_0547.jpgIMG_0537.jpgIMG_0527.jpgIMG_0514.jpgIMG_0504.jpg

Publicités

Jour 8 : Cala d’Orzu

Après notre escale au port, nous retournons à l’aventure dans la matinée. Après une jolie navigation, nous nous arrêtons pour mouiller à la Cala d’Orzu, peut-être la plus belle des criques où nous sommes passés. La zone de baignade est déjà délimitée par une ligne de bouées jaunes et les enfants peuvent rapidement s’adonner à leur activité favorite épuisent le début du séjour : patauger dans l’eau ! Des jeux (béret, course de relais…) sont également organisés sur la plage. Mais nous ne nous sommes pas arrêtés à la Cala d’Orzu uniquement pour son eau turquoise, ses montagnes verdoyantes et en sable fin. Les restaurateurs de la paillote Chez Francis nous ont invités pour le dîner. Après un apéro, l’entrée (parts de pizza à la tomme corse et de pissaladière), le plat (poulet à la crème et son gratin dauphinois) et le dessert (une boule de glace pour finir sur une touche légère et sucrée) nous régalent. En fin de dîner, nous remercions Brigitte et Francis en leur chantant un petit air que nous inventé pour l’occasion. La soirée se termine par une veillée sur la plage où, assis tous en cercle, nous enchaînons les jeux.

 

Jour 7 : Propriano

Quand les enfants s’éveillent dans la jolie crique où on a passé la nuit, on leur annonce une journée en sauts de puce. Mais avant qu’on mette les voiles, les plus matinaux peuvent profiter d’une baignade autour des bateaux. Une heure de navigation plus tard, nous sommes passés d’une plage paradisiaque à une autre et nous attaquons le déjeuner avant de sauter de nouveau à l’eau. La GoPro immortalise les plongeons des uns et les témoignages des autres. Rapidement, nous repartons, direction Propriano. A l’arrivée, des nuages noirs s’amoncellent sur les montagnes qui dominent la ville. On entend le tonnerre. Puis un éclair déchire l’horizon. C’est dans l’atmosphère électrique de cet orage que nous nous réfugions au port, alors qu’une pluie torrentielle s’abat sur nous. C’est vraiment le ciel qui nous tombe sur la tête ! Mais le soleil revient vite et la veillée Fort-Boyart peut enfin être organisée et vont se coucher en veillant sur leur trésor… pour ceux qui ne l’ont pas encore englouti !

 

Jour 6 : Roccapina

Réveil en douceur sur les bateaux en ce samedi matin. Nous partons du port de Bonifacio et après trois heures de navigation nous arrivons à Roccapina et nous découvrons une magnifique plage de sable blanc. Pendant la navigation, quelques bateaux ont même eu la chance d’apercevoir des dauphins.

Nous déjeunons sur le bateau et nous nous rendons sur la plage pour profiter de la journée. Au programme de l’après-midi : baignade, football, balle aux prisonniers, béret, plongée et châteaux de sable.

Le soir, des veillées sont organisées sur chaque bateau (loup-garou, perudo, jeux de cartes…). Les enfants sont ravis.

Jour 5 : Bonifacio

Quand les enfants s’éveillent dans le port de Bonifacio, la journée s’annonce sous le signe de la détente. Le petit déjeuner commence avec l’arrivée du pain frais et après ce démarrage en douceur, on part faire quelques emplettes. Les enfants écument les boutiques de souvenirs, épuisent les stocks de cartes postales et découvrent la Caverne d’Ali Bonbon. Il faut dire que cette antre à confiseries vaut le détour avec ses tonneaux remplis de bonbons de toutes sortes et sa salle qui ressemble à une grotte. En début d’après-midi, on part visiter la ville, mais pas n’importe comment ! La Ligue contre le cancer nous a organisé un tour en petit train. Celui-ci nous emmène jusque dans la citadelle où les enfants découvrent le corail de Bonifacio et s’attardent dans une boutique de coquillages, étoiles de mer, éponges naturelles, oursins… Au retour, on leur annonce l’activité du soir : l’organisation d’un dîner presque parfait ! Ils ne manquent ni d’imagination ni d’enthousiasme et après quelques courses les enfants mettent la main à la pâte, pour le plus grand plaisir de nos papilles. Au menu : samosas, wrap de poulet, crudités en bâtonnets, feuilletés à la saucisse, fajitas, poulet au sésame, crumble aux pommes, roses des sables… Quelques jeux et un peu de vaisselle plus tard, les enfants s’endorment une dernière fois devant la capitainerie de Bonifacio.